Wednesday, April 3, 2013

Comment dépiste-t-on l’excès de cholestérol ?

Le dépistage de l'excès de cholestérol se fait par une analyse de sang (effectuée à jeun) qui évalue les taux de cholestérols LDL, HDL et total, ainsi que celui de triglycérides. A partir de 50 ans, un dosage systématique du cholestérol est effectué tous les cinq ans chez les femmes et tous les trois ans chez les hommes. Ce dosage peut être plus fréquent chez les patients présentant plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire. Lorsqu’une prise de sang montre des valeurs trop élevées, le médecin fait faire une deuxième analyse de sang à jeun pour confirmer les résultats de la première.

L’athérosclérose peut être détectée au cours d’un examen médical, en auscultant notamment le cou, l’aine ou l’abdomen. Le médecin recherche un bruit de souffle traduisant le rétrécissement des artères. La prise du pouls permet aussi d’évaluer l’importance de la diminution du débit sanguin.

Quels sont les traitements de l’excès de cholestérol ?

Lorsqu’une personne présente un taux sanguin de cholestérol trop élevé sur deux analyses de sang consécutives, une prise en charge médicale peut s’avérer nécessaire. Le médecin généraliste décide de l’opportunité du traitement en fonction de plusieurs paramètres : les taux sanguins de cholestérol total, LDL et HDL, le taux de triglycérides et l’existence de facteurs de risque cardiovasculaire.

Dans tous les cas, le traitement contre l’excès de cholestérol ou de triglycérides consiste d’abord à donner au patient des règles d’hygiène de vie et de diététique.

Si trois mois d’application des règles hygiéno-diététiques ne suffisent pas à ramener le taux de cholestérol LDL ou de triglycérides à des valeurs acceptables, un traitement médicamenteux est nécessaire.

<> L’objectif de ces traitements est de maintenir le taux sanguin de cholestérol LDL sous un seuil-cible qui est défini en fonction du nombre de facteurs de risque cardiovasculaire présents chez le patient :
En l’absence de facteurs de risque, l’objectif du traitement est un taux de cholestérol LDL inférieur à 2,2 g/l.
<> En présence d’un facteur de risque, l’objectif du traitement est un taux de cholestérol LDL inférieur à 1,9 g/l.
<> En présence de deux facteurs de risque, l’objectif du traitement est un taux de cholestérol LDL à 1,6 g/l.
<> En présence de plus de deux facteurs de risque, l’objectif du traitement est un taux de cholestérol LDL inférieur à 1,3 g/l.

Chez les patients à haut risque cardiovasculaire (antécédents de maladie cardiovasculaire, ou diabète de type 2 avec atteinte des reins ou deux autres facteurs de risque), l’objectif du traitement est un taux de cholestérol LDL inférieur à 1 g/l.

Lorsque le taux de cholestérol LDL est maintenu sous ces valeurs, le risque de complication cardiovasculaire est diminué. Néanmoins, ces seuils-cibles ne sont que des objectifs et il n’est pas recommandé, faute d’études suffisantes, de vouloir les atteindre au prix d’un traitement médicamenteux excessif ou mal toléré.

Lorsqu’un traitement médicamenteux est prescrit, il est d’abord administré aux doses les plus faibles possibles. Si celles-ci ne suffisent pas, la posologie est progressivement augmentée. La surveillance de l’efficacité et de la tolérance de ces médicaments est faite à l’aide d’analyses sanguines. La première de ces prises de sang de contrôle se fait entre un et trois mois après le début du traitement.

Labels: ,

Comment dépiste-t-on l’excès de cholestérol ?

1 Comments